Un soir à la Fête de l’Huma

Comme chaque année, la Fête de l’Huma termine la saison des festivals sur les chapeaux de roues. Ca faisait maintenant quelques années que je voulais finir l’été en beauté dans les hauteurs du Parc de la Courneuve où se tient l’évènement mais la distance en effrayait plus d’un à m’accompagner. Des mois d’acharnement plus tard, j’ai enfin passé une soirée à la Fête de l’Huma ! Retour sur ce vendredi dans le 9-3.

Fête de l'huma
Programmation fête de l'huma 2018

Ambiance dès l’entrée

La Fête de l’Huma, c’est d’abord une ambiance… qui commence dès la queue d’entrée. Ne sois pas effrayé/e par le nombre de gens qui attendent aussi devant toi : d’une, tu peux te faire des amis rapidement ; de deux, l’humanité, c’est aussi partager une canette avec son prochain ; de trois, tu n’auras pas le temps de la finir, c’est un des festivals pour lesquels j’ai le moins poireauté devant la porte. Gros positif.

Stand entrée fête de l'huma

Une fois l’enceinte passée, c’est la même ambiance qui perdure de l’autre côté du grillage : foultitudes de gens cools dans tous les coins, des stands de nourriture de toute la région et les bars qui vont avec. Les prix varient d’un stand à un autre. En bref, l’aventure et la découverte sont totales.

Elles continuent d’ailleurs devant les nombreuses scènes où se tiennent des débats politiques ou sociaux, axés à gauche cela tombe sous le sens, où les interventions de tout un chacun nourrissent aussi l’esprit. Mention spéciale à la librairie dispo sur le site où tu pourras trouver tout et son contraire.

Du punk et de la bière

Les débats et l’exploration préliminaires passés, j’enchaîne illico direction la petite scène pour voir jouer les membres du groupe Justin(e), formation punk-rock nantaise de génie (en toute objectivité, bien entendu). Je mentirai si je disais que leur passage m’étais anecdotique puisque je les attendais de pied ferme, une bière à la main.

Justin(e) sur la p'tite scène de la Fête de l'Huma 2018

Fidèles à eux mêmes, ils ont enchainé quelques morceaux phares du dernier album en date 06 72 43 58 15 – Brûle raison brûle ou encore Frantz Fanon (1925-1961) – mêlés à d’autres titres des précédents – Festen, Du pareil au même, Une ode à la mort – pour finir sur une reprise des PKRK avec On est pas sérieux.

Des wo-ho-ho, des riffs, de la sueur, de la joie et de la bonne humeur, le tout avec ce soupçon de folie qu’on leur connait. Justin(e), c’est toujours du love quelque soit l’endroit. Mais Justin(e) à la Fête de l’Huma, il n’en faut pas plus pour me voir acquise.

Du gras et du rap

Quoique, si. Il en faut plus. Il faut manger. Après un stop au stand marnais où l’on s’est assuré de la qualité du champagne (tu peux y aller, c’est du sûr), direction le village du monde à la recherche de quelque chose qui saura émoustiller mes papilles. Au programme: de la bouffe des quatre coins du globe. Mon cœur s’est arrêté devant un kebab des familles, puis un stop au stand de la Paris Beer Week pour attraper une pinte de blanche craftée au vol avant de rejoindre la main stage.

Deux crocs et trois gorgées plus tard, me voilà devant le groupe le plus emblématique de la Seine-Saint-Denis: le Suprême NTM. Les années ont beau passé, les deux compères n’ont de conseils à recevoir de personne. L’énergie et la fougue sont toujours là, même 20 ans plus tard, avec ou sans Fianso.

Le Suprême NTM toujours au top sur la main stage de la Fête de l'Huma 2018

Un Passe passe le oinj plus tard, je retourne vers la petite scène pour voir la fin du show des Opiums du Peuple. Là encore, pas de doute : la chanson française version rock, ça gère, même après les avoir vu 5 fois. Si tu ne connais pas, je te laisse faire un tour sur YouTube écouter leurs versions du Téléphone pleure ou de Que je t’aime…. tu ne pourras pas t’empêcher de remuer ton corps en chantant. Avis aux âmes sensibles tout de même: sur scène, Opium, ça reste du cuir et de la moustache. Grahou.

Verdict ?

En bref, la Fête de l’Huma, c’est du bon son, grosse ambiance, bonne bouffe, bonne bière, et ce, pour toutes les bourses. Des idées, du rouge et du rosé, moi je dis: à l’année prochaine (cette fois pour un weekend complet). Tu m’y rejoins ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 + 23 =